Bukavu, Sud-Kivu, 6 septembre 2021. Une femme remplit une bouteille d’huile de palme dans le marché central de Kadutu. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.

Les forêts du Kivu

Bukavu, le 6 octobre 2021
Lecture : 8 min

En vingt ans, la RDC a vu disparaître plus de 5 millions d’hectares de couvert forestier et un nombre encore inconnu d’espèces dans l’une des dernières réserves de biodiversité végétale et animale de la planète. Selon des projections de Greenpeace, elle pourrait même perdre 40 % de ses forêts d’ici 2050

Quatrième pays forestier au monde et deuxième pour les forêts primaires humides derrière le Brésil, la République démocratique du Congo abrite aujourd’hui 155 millions d’hectares de forêt tropicale, soit les deux tiers de sa superficie et plus de la moitié de l’immense forêt du bassin du Congo, qui couvre six pays africains. C’est dans l’est de cet immense territoire (près de quatre fois la superficie de la France) que la situation est la plus inquiétante. Sur les neuf parcs nationaux du pays, dont un seul est situé à l’ouest, ceux des Virunga et de Kahuzi-Biega concentrent aujourd’hui les menaces écologiques et climatiques, mais aussi militaires, , économiques, sanitaires, démographiques et sociales qu’affronte un des pays les plus pauvres au monde, Situés dans les provinces orientales du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, limitrophes de l’Ouganda et du Rwanda, et ravagés depuis des décennies par des conflits extérieurs et intérieurs, ces parcs et leurs habitants, animaux, arbres et plantes, subissent les effets négatifs conjoints de l’exploitation forestière et minière, de la production de charbon de bois, du braconnage d’espèces en danger, de l’empiètement agricole, auxquelles se mêlent milices armées, corruption et ravages de la pauvreté.

Bunyakiri, Sud-Kivu, 2 septembre 2021. Travailleurs dans une plantation d’huile de palme près du parc national de Kahuzi-Biega. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bunyakiri, Sud-Kivu, 2 septembre 2021. Travailleurs dans une plantation d’huile de palme près du parc national de Kahuzi-Biega. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bunyakiri, Sud-Kivu, 2 septembre 2021. Une femme de la famille Kasangwania dans une plantation d’huile de palme recueille les déchets de palmes de l’huilerie artisanale. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bunyakiri, Sud-Kivu, 2 septembre 2021. Une femme de la famille Kasangwania dans une plantation d’huile de palme recueille les déchets de palmes de l’huilerie artisanale. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bunyakiri, Sud-Kivu, 2 septembre 2021. Des enfants recueillent les déchets de palmes de l’huilerie artisanale. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bunyakiri, Sud-Kivu, 2 septembre 2021. Des enfants recueillent les déchets de palmes de l’huilerie artisanale. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.

Les Virunga, plus ancien parc national d’Afrique (790 000 ha) créé en 1925 pour protéger les gorilles des montagnes et inscrit en 1994 sur la liste du patrimoine mondial en péril de l’Unesco, est aussi le plus dangereux au monde : plus de 150 écogardes y ont été tués en dix ans, sur un effectif habituel de 600, face à plus de 5 000 miliciens dispersés dans le sanctuaire forestier. Leur activité illégale la plus lucrative est « l’or noir », à savoir la production et la distribution quasi industrielle de charbon de bois issu de la déforestation, dont ils contrôlent les acteurs (bûcherons, charbonniers et vendeurs) et recueillent l’essentiel du profit, estimé à 35 millions de dollars par an et dont une bonne partie alimente la corruption. Faute d’électricité régulière, le million d’habitants de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, a besoin de bois de chauffe, et aussi du bois de construction que lui fournissent des scieries souvent tout aussi illégales…

Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Un jeune homme remplit des sacs de charbon de bois pour les vendre au marché le plus proche. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Un jeune homme remplit des sacs de charbon de bois pour les vendre au marché le plus proche. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Un groupe de femmes de la communauté Batwa grimpe avec des sacs de charbon de bois qu’elles rapportent au village pour les vendre. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Un groupe de femmes de la communauté Batwa grimpe avec des sacs de charbon de bois qu’elles rapportent au village pour les vendre. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.

Deuxième site le plus important en termes de biodiversité, d’endémisme et d’espèces menacées – parmi 349 espèces d’oiseaux, 136 espèces de mammifères et 14 espèces de primates dont le gorille de Grauer -, le parc national de Kahuzi-Biega (600 000 ha), créé en 1970, souffre de maux similaires : braconnage (de gorilles de Grauer et d’éléphants de forêt), exploitation minière clandestine (près de 1 000 sites répertoriés), exploitation forestière qui affecte entre 10 % et 20 % des surfaces, implantation illégale de fermes d’élevage et développement incontrôlé de plantations d’huile de palme, dont on connaît l’impact désastreux sur l’environnement.

Parc national de Kahuzi-Biega, 5 septembre 2021. Bonane, 250 kg, l’un des 14 gorilles dominants suivis par des écogardes et habitués à la présence humaine, se repose dans la forêt. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Parc national de Kahuzi-Biega, 5 septembre 2021. Bonane, 250 kg, l’un des 14 gorilles dominants suivis par des écogardes et habitués à la présence humaine, se repose dans la forêt. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Parc national de Kahuzi-Biega, 5 septembre 2021. Kaboyi Machine, 52 ans, marche dans la forêt sur les traces des gorilles afin de permettre aux touristes de les localiser plus facilement. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Parc national de Kahuzi-Biega, 5 septembre 2021. Kaboyi Machine, 52 ans, marche dans la forêt sur les traces des gorilles afin de permettre aux touristes de les localiser plus facilement. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac..

Comme le montrent ici avec force les reportages réalisés par Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac, les populations voisines des parcs et habitantes des forêts, prises dans l’étau de la précarité et de l’insécurité, survivent du mieux qu’elles le peuvent dans une nature violentée par la cupidité, mais aussi par la nécessité. Jusqu’à quand les richesses du Congo seront-elles une malédiction pour ses habitants ?

Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Un homme coupe du bois avec sa machette dans une zone déboisée. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Un homme coupe du bois avec sa machette dans une zone déboisée. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Outil sur l’épaule, ce scieur de long rentre chez lui après une journée de travail à travers une zone déboisée. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Outil sur l’épaule, ce scieur de long rentre chez lui après une journée de travail à travers une zone déboisée. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Production de planches à l’aide d’une scie électrique pour la construction de maisons. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Production de planches à l’aide d’une scie électrique pour la construction de maisons. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Un travailleur présente des planches prêtes à la vente. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Un travailleur présente des planches prêtes à la vente. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Les anciens de la communauté Batwa se réunissent autour du chef de village pour discuter de la situation du village. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bugamanda, parc national de Kahuzi-Biega, 3 septembre 2021. Les anciens de la communauté Batwa se réunissent autour du chef de village pour discuter de la situation du village. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bukavu, Sud-Kivu, 6 septembre 2021. Après un incendie qui a détruit au moins 400 maisons, la communauté essaie de reconstruire les maisons avec des planches. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.
Bukavu, Sud-Kivu, 6 septembre 2021. Après un incendie qui a détruit au moins 400 maisons, la communauté essaie de reconstruire les maisons avec des planches. © Guerchom Ndebo pour la Fondation Carmignac.

Les reportages