Politique et insécurité

L’insécurité est de loin le plus gros obstacle au progrès de la RDC. On compte plus de 140 groupes armés actifs dans les provinces orientales du Nord-Kivu et du Sud-Kivu. Au centre et à l’est du pays, d’autres groupes armés, certains constitués par des forces de sécurité, ont attaqué, tué et blessé de nombreux civils, selon l’association Human Rights Watch. Cette violence serait essentiellement liée à la crise politique générale du pays et la situation humanitaire reste très alarmante : 4,5 millions de personnes déplacées et plus de 130 000 autres réfugiées dans les pays voisins. Quant aux responsables gouvernementaux et aux forces de sécurité, ils se livrent régulièrement à de vastes opérations de répression et à des violations très graves des droits humains contre des dirigeants et militants politiques de l’opposition, des défenseurs de la démocratie et des droits de la personne, des journalistes et des manifestants pacifiques.